Shepard Fairey OBEY – Pow(er)

350,00

Shepard Fairey OBEY – Pow(er)

Lithographie datée & signée par l’artiste.

Vendue encadrée, click & collect UNIQUEMENT !

Année : 2013

UGS : OBEY03 Catégories : ,

Quelques mots de Shepard Fairey sur cette oeuvre

Le tirage Power est un commentaire sur le complexe militaro-industriel américain.

En 1961, alors que le président Eisenhower quittait ses fonctions, il prononça un discours d'adieu dans lequel il avertissait que "nous devons nous prémunir contre l'acquisition d'une influence injustifiée, recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel". À en juger par les fabrications et les mauvaises interprétations qui nous ont entraînés dans la guerre d'Irak, et par le chèque en blanc virtuel que nous avons remis aux entrepreneurs de la défense, je dirais qu'en tant que nation, nous avons fait un travail généralement horrible pour garder le complexe militaro-industriel sous contrôle.

Personnellement, je pense que les guerres, surtout dans les circonstances dans lesquelles nous nous sommes engagés, créent bien plus de problèmes qu'elles n'en résolvent (je pense au Vietnam, à l'Afghanistan, à l'Irak et à la guerre froide). Mais même si vous pensez qu'une armée forte est vitale pour protéger nos alliés et nos intérêts à l'étranger, vous pouvez être alarmé par l'extravagance du Pentagone. En 2011, le gouvernement américain devrait dépenser 680 milliards de dollars pour la défense, soit presque autant que les armées du reste du monde réunies. Dans le budget fédéral, nous dépensons plus pour la défense que pour tous les autres départements du Cabinet (éducation, énergie, agriculture, protection de l'environnement, justice, etc. Notre marine dispose d'une puissance de feu supérieure à celle des 20 plus grandes marines du monde réunies. Et pourtant, chaque fois que des réductions du budget de la défense sont envisagées, les lobbyistes de l'Association des industries aérospatiales (dont les membres comprennent les cinq plus grands entrepreneurs de la défense américaine) crient que nous nuisons à l'économie, que nous donnons du pouvoir à des nations malfaisantes comme l'Iran et la Corée du Nord et que nous mettons le reste du monde en danger.

Les sous-traitants de la défense représentent en fait une grande partie du problème des dépenses militaires, en facturant souvent 2 à 3 fois plus que ce qu'il en coûterait à l'armée de générer les mêmes services en interne. Les contrats privés se sont multipliés au point qu'en 2007, il y avait plus de contractants sur le terrain en Irak que de soldats. Les entrepreneurs sont peu surveillés, comme nous l'avons vu avec les meurtres de Blackwater, l'escroquerie aux déchets de 8 milliards de dollars de Halliburton et bien d'autres scandales liés aux contrats de défense. (Une bonne base de données d'articles sur ce sujet, bien que légèrement dépassée, peut être consultée ici.

La semaine dernière, le groupe de réflexion progressiste Center for American Progress a publié deux articles, l'un sur la manière d'économiser 400 milliards de dollars sur les dépenses de défense au cours des quatre prochaines années et l'autre qui replace notre budget de défense actuel dans une perspective historique. Les réductions qu'ils proposent sont incroyablement simples et seront, espérons-le, incluses dans le prochain accord budgétaire à long terme, mais je pense que nous pourrions aller beaucoup plus loin. Même si nous réduisons de 150 milliards de dollars par an, nous continuerons à dépenser autant pour notre armée qu'au plus fort de la guerre froide de Reagan. Nous pourrions réduire de 250 à 300 milliards de dollars par an et revenir aux niveaux de dépenses des années Clinton.

L'argent que nous économiserions contribuerait largement à réduire notre dette nationale, ou il pourrait être consacré à la reconstruction de nos systèmes de transport, d'énergie et d'éducation qui s'effondrent. Nous pouvons refinancer les prêts accordés aux universités fédérales afin que les adolescents ne considèrent pas le projet de loi sur l'enseignement supérieur comme leur seul billet d'accès à un diplôme. Nous devrions les mettre sur la voie d'une université qui ne passe pas par l'Afghanistan. La guerre n'est pas la réponse, mais il y a une réponse à la guerre. Appelez vos représentants au Congrès et dites-leur qu'il n'y a plus de chèques en blanc pour nos militaires.

L'auteur SHEPARD FAIREY OBEY

Shepard Fairey, également connu sous le pseudonyme OBEY, est un street artiste américain, sérigraphiste, muraliste et illustrateur né le 15 février 1970 à Charleston en Caroline-du-Sud.

Issu de la scène du skateboard1, il s'est d'abord fait connaître par les autocollants André the Giant Has a Posse, qui a donné la campagne Obey Giant.

Il a créé, pour la campagne présidentielle américaine de 2008, le poster « HOPE » de Barack Obama qui deviendra une image-icône de la campagne. L'Institut d'art contemporain de Boston le considère comme un des plus connus, des meilleurs et des plus influents artistes de street art du moment.

En France, Fairey est d'abord exposé à la Base, la galerie éphémère d'Invader où il présente de petits portraits de guérilleros cagoulés et plusieurs fois à la Galerie Magda Danysz qui a défendu très tôt son travail en galerie. Il participe au M.U.R. en mai 2007 lors d'une pièce avec WK interact. Une de ses recompositions d'affiches a été exposée à la Fondation Cartier lors de l'exposition Né dans la rue - Graffiti, à l'automne 2009. En 2019, il participe au Grenoble Street Art Fest, et fait l'objet de l'exposition Facing the Giant : 3 decades of Dissent, qui célèbre ses 30 ans de carrière, à la galerie Itinerrance (Paris).

 

Informations complémentaires

Poids 100 g
Dimensions 91 × 61 × 0.01 cm

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Shepard Fairey OBEY – Pow(er)”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.