Emma Amar

« On aurait dit que j existais de deux manières, entre ce que j étais pour moi et ce que j étais pour les autres. Il n’y avait aucun rapport. »
Simone de Beauvoir

Je pense me définir par ces quelques lignes…
Dans ma tête, c est un décors d hiver, un spleen à la Baudelaire que je masque par mon quotidien, ma vie sociale, deux aspects complètement différents, opposés mais qui se retrouve en une personne moi!
Je fais surtout des self-portraits , j essaie de transmettre une sensation, un état d esprit du moment.
Je suis comme « schizophrène » , c est comme si je vivais à travers plusieurs visages par le biais de mes photos.
Pour échapper à une vie trop traditionnelle et classique dans laquelle parfois j étouffe je m apaise grâce à mes selfs je vie autre chose, un moment suspendu dans le labyrinthe de mon esprit.
Ce n est pas une démarche réfléchie , c est vraiment une œuvre que j exécute sur le vif, je part d un self-portrait très classique et après en fonction de mon humeur, à l instinct je me balade dans les applications c’est toujours une impulsion.
D’où ce besoin thérapeutique de saisir le moment fugace dans lequel je suis, c est très intime.
Et je passe d un état à l autre sans forcément de lien.
C est un exercice qui n est pas étudié, je ne fais pas de série, il n y a pas de cohérence d une photo à l autre.
Mon moonboard est un mélange de lecture, poème , musique, peinture, photographies dont je m’inspire profondément, je les vampirise pour les recracher à ma façon!
Grâce à l’ iphonographie, j ai pu m épanouir sur le fait de pouvoir tout faire avec un seul objet: prendre la photo , l éditer et la poster.
Je compare cela à une thérapie :Rdv chez le psy, lui parler, payer sa séance.
Chaque séance est différente à l exception que c est toujours de la même personne qu il s agit!
J aime ce côté infini, instantané et unique que m offre la photographie mobile.

Voici le seul résultat